@. Ampère et l'histoire de l'électricité 

[Accueil] [Plan du site]

Une nouvelle plateforme est en cours de construction, avec de nouveaux documents et de nouvelles fonctionnalit├ęs, et dans laquelle les dysfonctionnements de la plateforme actuelle seront corrig├ęs.

@.ampère

L'inventaire de la bibliothèque d'Ampère

Le fonds Ampère des Archives de l'Académie des sciences conserve plusieurs listes non autographes correspondant à des inventaires de la bibliothèque personnelle du savant. Ces listes sont conservées dans la chemise 391. Certaines, embryonnaires, très allusives, non datées, ne sont pas vraiment exploitables. Mais d'eux d'entre elles sont plus développées.

L'une (à gauche) n'est pas datée ; un des livres qui y figurent a été édité pour la première fois en 1825, on peut donc être sûr que la liste est postérieure à cette date. Il est possible qu'elle ait été dressée dans le cadre d'un inventaire après décès (1836).
Pour la consulter : images 28 à 38



L'autre (à droite) est datée du 21 avril 1816. Elle est assez précise : titre, nom d'auteur, édition, et souvent le format. On ignore ce qui l'a motivée.
Pour la consulter : images 39 à 51

A partir des indications données, on a tenté d'identifier les ouvrages désignés, à l'aide de plusieurs catalogues en ligne. On trouve ces identifications en cliquant sur la petite icone (désactiver éventuellement le blocage des pop-up par le navigateur).



Recherche dans les livres identifiés

Attention : lire les indications ci-dessous pour comprendre les limites de cette recherche.

Rechercher un livre :

Rechercher un auteur :

Afficher tous les livres identifiés suivant les normes bibliographiques modernes
[attention : cet affichage confond les deux listes en une seule]



Indications sur l'identification des ouvrages

Méthodologie

On a principalement utilisé le Catalogue Collectif de France (CCFr) qui combine Opale+ (Bibliothèque nationale de France), le SUDOC (bibliothèques de l'enseignement supérieur) et la base Patrimoine (60 bibliothèques municipales ou spécialisées). Opale+ a par ailleurs permis de trouver des précisions biographiques précieuses pour identifier certains auteurs.

Incohérences et incertitudes

Quand les indications des listes ne concordaient pas avec les données des catalogues consultés (par exemple, une date d'édition différente), on l'a signalé en commentaire.

Les indications trop vagues (e.g. : Œuvres de Fénelon) n'ont évidemment pas permis d'identifier l'édition des ouvrages en question. Cependant, elles sont parfois suivies d'une icone qui, dans ce cas, renvoie simplement à des précisions biographiques concernant l'auteur. Ces informations sont utiles pour le croisement avec d'autres sources, comme la Correspondance par exemple (voir ci-dessous).

Enfin, quand une incertitude plane sur une identification, l'icone est suivie d'un point d'interrogation ; l'icone peut être doublée quand il y a une hésitation entre deux ouvrages. Les notices indiquent "Identification incertaine" : cela signifie qu'elles correspondent peut-être à un ouvrage qui n'a jamais figuré dans la bibliothèque d'Ampère.

De manière générale toutes les identifications sont proposées "sous toutes réserves" et nous laissons le lecteur jauger leur pertinence, en fonction du degré de précision de la liste consultée, et de la notoriété de l'ouvrage désigné. Si Mécanique analytique par M. Lagrange ne laisse aucun doute, un Cours d'Arithmétique élémentaire dont le nom d'auteur est peu lisible rend l'identification proposée autrement plus hasardeuse.

Lire l'ouvrage en ligne

La multiplication des bibliothèques numériques, comme Gallica de la BnF ou le projet Google Recherche de livres, rend disponibles en ligne de nombreux livres. Certaines notices renvoient à la consultation de quelques ouvrages identifiés (à ce jour, ceux qui sont cités dans la Correspondance).

Exploitation des résultats

Les références bibliographiques ainsi collectées ont été intégrées (les deux listes étant confondues) à la base de données du site de manière à rendre possible la recherche dans les ouvrages identifiés, par titre ou par auteur par exemple. On peut ainsi chercher ce qu'Ampère possédait de Clairaut, ou s'il possédait l'Astronomie de Lalande.

D'autres documents dans le site et dans le fonds Ampère font référence à des ouvrages : ainsi, des lettres de la Correspondance. Centraliser les références bibliographiques permet de faire des croisements. Par exemple, Ampère parle dans la lettre L481 de plusieurs ouvrages de Mme de Staël et de Benjamin Constant ; on retrouve celui de Mme de Staël dans sa bibliothèque.

Cette fonctionnalité expérimentale ouvre donc de nouveaux champs d'étude aux historiens.

Retour

© 2005 CRHST/CNRS, conditions d'utilisation. Directeur de publication : Christine Blondel. Responsable des développements informatiques : Stéphane Pouyllau ; hébergement Huma-Num-CNRS