Accueil
Rechercher dans les textes édités
> AMPERE, Essai sur la philosophie des sciences, t. II, 1843.
|<       <      Page 78      >      >|
Aller à la page
4. Pédagogique. Quelques lecteurs s'étonneront peut-être de la place que je donne à la 
pédagogique dans l'embranchement des sciences dont il est ici question. Ce rapprochement pourra 
paraître une innovation hasardée ; mais si l'on fait attention au caractère commun aux quatre 
sciences du premier ordre comprises dans le présent embranchement, caractère exprimé dans le 
titré de ce chapitre, on verra qu'il se retrouve au plus haut degré dans la pédagogique, dont 
l'unique but est d'agir sur la pensée de l'élève pour en faire un homme éclairé et vertueux, et 
qu'ainsi la pédagogique appartient essentiellement à l'embranchement qui réunit toutes les 
sciences relatives à l'action exercée par l'homme sur la pensée de ses semblables considérés 
comme individus et non comme nations. Quant à la limite qui sépare la pédagogique des autres 
sciences du même embranchement, elle est fondée, en ce qui concerne la technesthétique et la 
glossologie, sur ce que la pédagogique, comme la littérature, se rapporte à l'emploi qu'on fait 
des moyens d'agir et non à ces moyens étudiés en eux-mêmes ; et, relativement à la 
littérature, elle consiste, lors même que l'on considère la littérature comme une sorte 
d'enseignement donné à tous les hommes par les auteurs des ouvrages dont elle s'occupe, en ce que 
cet enseignement s'adresse aux hommes en général, sans que les auteurs sachent quels seront ceux 
qui les liront, tandis que l'instituteur 
|<       <      Page 78      >      >|
Aller à la page
Télecharger le PDF en format texte ->Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

© CRHST/CNRS, 2005 / Développé sous ICEberg 4.0.2 / hébergement CC-IN2P3 / Directeur de publication : Christine Blondel, responsable informatique : Stéphane Pouyllau