Accueil
Rechercher dans les textes édités
> AMPERE, Essai sur la philosophie des sciences, t. II, 1843.
|<       <      Page 84      >      >|
Aller à la page
décrit les nations aujourd'hui répandues sur la surface de la terre, les lieux qu'elles habitent, 
les villes, les ouvrages des arts et les monumens les plus remarquables ; qui, de l'autre, indique 
les principaux traits du caractère des habitans, leurs moeurs, leur religion, leur gouvernement, 
etc. ; de même que, dans la zoographie, on ne décrit pas seulement les caractères extérieurs des 
animaux, mais leurs moeurs, leurs habitations, les alimens dont ils se nourrissent, etc. Je nomme 
cette science Ethnographie, description des nations, d'?θνος, 
nation. J'ai cru devoir préférer cette dénomination, déjà employée par plusieurs 
auteurs, à celle de géographie dont on se sert ordinairement, parce que, d'une part, cette 
dernière comprendrait la géographie physique, science toute différente, qui a trouvé sa place 
dans le premier règne ; et, de l'autre, parce qu'elle n'indiquerait point les notions sur les 
moeurs, le caractère, etc. , des différens peuples, qui doivent trouver place ici ; comme l'ont 
bien senti ceux qui, tout en se conformant à l'usage de nommer cette science géographie, n'ont pas 
laissé d'y comprendre ces diverses notions, ainsi qu'on peut le voir dans les ouvrages des 
géographes les plus célèbres. 
2. Toporistique. Après la description d'un lieu vient la détermination de sa situation. 
Cette situation dépend de trois élémens : longitude, latitude, élévation au dessus du niveau de 
la mer. Combien de 
|<       <      Page 84      >      >|
Aller à la page
Télecharger le PDF en format texte ->Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

© CRHST/CNRS, 2005 / Développé sous ICEberg 4.0.2 / hébergement CC-IN2P3 / Directeur de publication : Christine Blondel, responsable informatique : Stéphane Pouyllau