Accueil
Rechercher dans les textes édités
> AMPERE, Essai sur la philosophie des sciences, t. I, 1834.
|<       <      Page 95      >      >|
Aller à la page
duire à découvrir de nouveaux agens ou de nouveaux procédés, et en faire prévoir les 
résultats. C'est la science que j'appellerai physique minérale, parce que, comme je l'ai 
dit plus haut, je comprends la chimie dans la physique générale. 
b. Classification.
Ces quatre sciences du troisième ordre nous font connaître tout ce que nous pouvons savoir relativement à leur objet spécial, l'étude des moyens par lesquels nous nous procurons les substances minérales destinées à nos usages. Leur réunion formera une science du premier ordre, que j'appellerai ORYCTOTECHNIE, d'?ρνκτ?, minéraux, et de τ?χονη, art. Cette science du premier ordre peut se diviser en deux du second, dont l'une, l'ORYCTOTECHNIE ÉLÉMENTAIRE, comprendra l'exploitation des mines et la docimasie ; tandis que l'autre renfermera l'oryxionomie et la physique minérale, sous le nom d'ORYCTOTECHNIE COMPARÉE ; j'ai été conduit à choisir cette expression par les motifs que j'ai exposés plus haut, en parlant de la technologie comparée. Voici le tableau de cette division : Science du Ier ordre. Sciences du 2e ordre. Sciences du 3e ordre. ORYCTOTECHNIE ORYCTOTECHNIE ÉLÉMENTAIRE {Exploitation des mines. {Docimasie. ORYCTOTECHNIE COMPARÉE {Oryxionomie {Physique minérale.
|<       <      Page 95      >      >|
Aller à la page
Télecharger le PDF en format texte ->Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

© CRHST/CNRS, 2005 / Développé sous ICEberg 4.0.2 / hébergement CC-IN2P3 / Directeur de publication : Christine Blondel, responsable informatique : Stéphane Pouyllau