Accueil
Rechercher dans les textes édités
Sources primaires > DUFAY, Quatrième mémoire sur l’électricité., 1733.
|<       <      Page 458      >      >|
Aller à la page
met des feuilles d'or sur une glace, & que l'on approche le tube par dessous, les feuilles sont 
chassées en haut sans retomber sur la glace, & on ne peut certainement expliquer ce mouvement par 
l'attraction d'aucun corps voisin. La même chose arrive à travers la gaze de couleur, & les autres 
corps qui laissent passer les écoulements électriques, en sorte qu'on ne peut pas douter qu'il n'y 
ait une répulsion réelle dans l'action des corps électriques. 
Enfin ayant refléchi sur ce que les corps les moins électriques par eux-mêmes étoient plus 
vivement attirés que les autres, j'ai imaginé que le corps électrique attiroit peut-être ceux 
qui ne le sont point, & repoussoit tous ceux qui y ont devenus par son approche, & par la 
communication de la vertu. 
Otto de Guerike rapporte une expérience que j'ai citée dans mon premier Mémoire, mais à 
laquelle je n' avois jamais pû réussir ; elle consiste à promener dans une chambre une plume par 
le moyen d'une boule de soufre rendue électrique, sans que la plume approche de la boule : le peu 
de succès que j’avois eu, venoit de ce que l'expérience n'est pas assés détaillée, ou de ce 
que je ne l'avois pas bien comprise. Hauksbée parle aussi de cette expérience qu'il a faite avec 
un tube de verre, c'est de cette manière que j'ai réussi, & on va voir qu'elle est assés 
singuliére pour mériter qu'on y fasse attention.  
On frotte bien le tube pour le rendre électrique, & le tenant dans une situation horisontale, on 
laisse tomber au dessus une parcelle de feuille d'or ; cette feuille présente ordinairement la 
tranche, si le tube est bien électrique, parce que de cette manière elle fend l'air avec plus de 
facilité, & si-tôt qu'elle a touché le tube, elle est repoussée en haut perpendiculairement à 
la distance de huit ou dix pouces, elle demeure presque immobile en cet endroit, &, si on en 
approche le tube en l'élevant, elle s'éleve aussi en sorte qu'elle s'en tient toûjours dans le 
même éloignement, & qu'il est impossible de l'y faire toucher : on peut la conduire où l'on veut 
de la sorte, parce qu'elle évitera toûjours le tube. 
|<       <      Page 458      >      >|
Aller à la page
Télecharger le PDF en format texte ->Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

© CRHST/CNRS, 2005 / Développé sous ICEberg 4.0.2 / hébergement CC-IN2P3 / Directeur de publication : Christine Blondel, responsable informatique : Stéphane Pouyllau