Accueil
Rechercher dans les textes édités
Publications > AMPERE, Essai sur la philosophie des sciences, t. II, 1843.
|<       <      Page 40      >      >|
Aller à la page
une science du troisième ordre que je nomme Dicéologie, de 
τ?δ?χαιον, le juste. 
3. Morale apodictique. Viennent maintenant les lois du devoir et les règles de conduite à 
suivre dans toutes les circonstances où l'on peut se trouver, fondées non plus sur l'intérêt 
personnel, mais sur l'amour du juste. Ces lois, dérivées de la comparaison de ce que l'homme peut 
faire, de ce qu'il doit faire, et de toutes les conséquences de ses actions, forment une science à 
laquelle je donne le nom de morale apodictique, du grec 
?ποδειχτιχ?ς, démonstratif. 
4. Anthropotélique. En partant de ce que les diverses branches de l'ontologie nous ont fait 
connaître sur la nature de l'âme humaine et les attributs de Dieu, on arrive, par une conséquence 
nécessaire, à la consolante perspective de l'immortalité de l'âme. Toutes les vérités qui se 
rapportent à cette question composent une science du troisième ordre, à laquelle j'ai donné le 
nom d'Anthropotélique, des deux mots grecs ?νθρωπος, 
homme, et τελιχ?ς, relatif à la fin. 

b. Classification.
L'objet spécial des quatre sciences du troisième ordre que nous venons de définir, était de faire connaître la nature de la volonté, les fondemens et les règles du devoir, la fin de l'homme ; elles embrassent, dans leur ensemble, tout ce qui tient à ces grandes questions, et forment par leur réunion la science du premier ordre que j'appelle THÉLÉSIO-
|<       <      Page 40      >      >|
Aller à la page
Télecharger le PDF en format texte ->Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

© CRHST/CNRS, 2005 / Développé sous ICEberg 4.0.2 / hébergement CC-IN2P3 / Directeur de publication : Christine Blondel, responsable informatique : Stéphane Pouyllau