@. Ampère et l'histoire de l'électricité 

[Accueil] [Plan du site]

Une nouvelle plateforme est en cours de construction, avec de nouveaux documents et de nouvelles fonctionnalités, et dans laquelle les dysfonctionnements de la plateforme actuelle seront corrigés.

@.ampère

Correspondance d'Ampère, Lettre L804

Accueil de la correspondance | Retour aux résultats
lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr804.html

Index des noms de personnes

Ampère, André-Marie      à      Ride, Gabriel (gendre d'Ampère) (1)


[1834]

Monsieur et cher ami, la lettre ci-jointe, commencée depuis quelque temps, retardée par le surcroît de travail des examens, était achevée et prête à mettre à la poste, quand ma fille en a reçu une de Monsieur votre [frère] qui exige que je vous écrive des choses d'une extrême importance qui doivent rester entre vous et lui, ou entre vous deux et M. Sainte-Marie, si vous jugiez utile de les confier à ce dernier : ce qui aurait bien des avantages, car alors vous pourriez le consulter et prendre ses avis, avant de vous laisser aller à quelque imprudence. Et d'abord vous me dites que, si l'on venait à découvrir à la Nouvelle-Orléans les accidents que vous avez éprouvés à Paris et tout ce qui en est résulté, tout espoir serait perdu de trouver à vous employer utilement. Je le sais bien ; mais comment pourrait-on le savoir en Amérique ? Certes je ne ferai, ni personne que je connaisse, aucune imprudence à ce sujet, et encore il est impossible qu'on l'y sache. Ce n'est qu'en France, si vous alliez penser à y revenir malgré nos conventions, que vous seriez dans cette impossibilité ; parce qu'ici, à la moindre information qu'on prendrait sur vous, on saurait la scène de la nuit où vous courûtes l'épée nue en chemise et où vous fûtes désarmé par les soldats du poste que vous aviez dit à Blogis d'aller chercher et qui rendirent compte de tout au commandant du poste ; ce qui a été à la police et de là dans les bureaux de la guerre, comme je l'ai appris en allant solliciter le payement de réforme à la Nouvelle-Orléans, ainsi que je vous le dis, je crois, à notre dernière entrevue. Dès la première information, on saurait les autres événements, les procédures et tout le reste. Mais, à la Nouvelle, qui pourrait savoir tout cela, pourvu que vous brûliez cette [...] (1).



(1) La lettre est restée inachevée. Le 17 juin 1835, Carron écrit que les méchancetés de
Ride ont forcé Albine à se réfugier chez son oncle et l'on se décide à le faire interdire.
Le 10 novembre 1835, Ride est cependant au Havre et Ampère lui paye 1000 francs pour retourner
à la Nouvelle-Orléans : somme que sa mère, née Paillot, s'engage à rembourser s'il
revenait en France malgré ses engagements, ce qu'il fit après la mort d'Ampère.

Correspondance du Grand Ampère, tome II, p. 786
  Source de l'édition électronique de la lettre :
DE LAUNAY (Louis). Correspondance du Grand Ampère. tome II. Paris : Gauthier-Villars, 1936. p. 786


  Autre source de la lettre : original manuscrit
Paris, Archives de l'Académie des sciences, fonds Ampère, carton XXV, chemise 369


Voir le fac-similé :
Lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr804.html

© 2005 CRHST/CNRS, conditions d'utilisation. Directeur de publication : Christine Blondel. Responsable des développements informatiques : Stéphane Pouyllau ; hébergement Huma-Num-CNRS