@. Ampère et l'histoire de l'électricité 

[Accueil] [Plan du site]

Une nouvelle plateforme est en cours de construction, avec de nouveaux documents et de nouvelles fonctionnalités, et dans laquelle les dysfonctionnements de la plateforme actuelle seront corrigés.

@.ampère

Correspondance d'Ampère, Lettre L606

Accueil de la correspondance | Retour aux résultats
lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr606.html

Index des noms de personnes

Ampère, AndrĂ©-Marie      à      Speyert van der Eyk, Simon (1)

Ă  Leyde, royaume des Pays-Bas
Paris, 15 août 1821

Monsieur, j'étais absent de Paris lorsque le mémoire que vous m'avez fait l'honneur de m'envoyer et la lettre obligeante dont il était accompagné, sont arrivés chez moi. N'en ayant eu connaissance qu'à mon retour, je n'ai pu vous en faire plus tôt tous mes remerciements. J'ai lu avec beaucoup de plaisir ce mémoire. Les faits que vous y décrivez ne peuvent manquer d'intéresser les physiciens. Ils sont, au reste, comme vous me l'annoncez, une suite nécessaire de la théorie que j'ai exposée, mais peut-être pas de la manière la plus propre à la faire bien concevoir. Voici comme j'aurais dû la préciser.
1° Toute explication dans les sciences consiste à découvrir un fait primitif exprimé par une loi générale et qui, une fois posé, serve à en déduire tous les autres ;
2° Le fait primitif ne saurait être ici l'action entre un conducteur voltaïque et un aimant, parce que, ces deux choses étant hétérogènes, leur action mutuelle est nécessairement plus compliquée que celle qui a lieu entre deux aimants, ou celle que j'ai découverte entre deux fils conducteurs ;
3° Comme on n'a connu d'abord que celle entre deux aimants, on l'a prise pour fait primitif, et l'on a pris pour la loi générale à laquelle on a tâché de tout ramener, que les extrémités de même nom d'un aimant se repoussent et que celles de nom opposé s'attirent ;
4° Comme l'ordre dans lequel on a découvert les faits ne fait rien à leur réalité dans la nature, j'ai pu prendre pour fait primitif l'action mutuelle de deux fils conducteurs, telle que je l'ai établie par des expériences multipliées, et pour loi générale que deux parties de fils conducteurs s'attirent quand la direction de l'extrémité zinc à l'extrémité cuivre, que j'ai nommée pour abréger direction du courant électrique, est dans le même sens dans les deux portions qui agissent l'une sur l'autre, et que ces deux portions se repoussent quand la direction de l'extrémité zinc à l'extrémité cuivre est en sens contraire dans ces mêmes portions ;
5° J'ai représenté par la formule publiée dans le cahier de septembre 1820 du Journal de Physique, ce que devient cette action dans toutes les positions que peuvent avoir l'une à l'égard de l'autre les deux portions de fil conducteur ;
6° J'ai d'abord déduit de cette loi toutes les circonstances de l'action mutuelle de deux conducteurs voltaïques, telles qu'on les observe dans mes expériences où l'aimant n'est point employé. J'ai montré par d'autres expériences qu'un circuit voltaïque mobile était dirigé par le globe terrestre précisément comme il le serait d'après les mêmes lois, par de l'électricité disposée et se mouvant dans les régions équatoriales simplement comme l'électricité est disposée et se meut dans le fil conducteur de l'extrémité zinc à l'extrémité cuivre, ou bien dans la pile de l'extrémité cuivre à l'extrémité zinc. J'en ai conclu, comme je le devais, que la direction du circuit voltaïque mobile par le globe de la terre devait être attribuée en effet à cette cause, et j'ai ajouté à cette preuve directe plusieurs considérations qui en montrent toute la probabilité ;
7° Puis, venant à l'action mutuelle d'un conducteur et d'un aimant découverte par M. Œrsted, j'ai trouvé qu'elle était précisément celle qui aurait lieu si l'aimant était un assemblage de conducteurs ou de piles voltaïques dans des plans perpendiculaires à son axe ;
8° J'ai imité complètement tous les phénomènes que présentent les aimants avec des conducteurs roulés en hélices et disposés comme vous avez pu le voir dans mon mémoire ;
9° J'ai montré que l'aiguille aimantée était dirigée par le globe terrestre, précisément comme elle le devait être d'après les courants électriques dont j'avais déjà établi l'existence dans le globe, d'après la manière dont ces courants agissent sur un aimant dans les expériences de M. Œrsted ;
10° Enfin j'ai montré qu'en attribuant tous les effets des aimants à ce qu'il y existe, dans des courbes fermées, soit autour de l'axe, soit autour de chaque molécule, la même disposition d'électricité que dans les piles et les conducteurs voltaïques, toutes les circonstances de leur action mutuelle, et celles en particulier de l'aimantation par simple et double touche, s'expliquaient bien mieux que par l'ancienne théorie. J'ai même montré qu'à l'égard de l'aimantation, cette théorie était en contradiction manifeste avec plusieurs faits.

Mais cet ensemble de preuves de l'identité de l'électricité et de la cause des phénomènes magnétiques n'a pas encore produit la conviction générale qu'on devait naturellement en attendre. Je ne puis l'expliquer que par une circonstance dont je ne puis d'ailleurs me rendre raison, c'est qu'on a partout répété les expériences de M. Œrsted, et que les miennes sur l'action mutuelle de conducteurs voltaïques ne l'ont été à ma connaissance qu'à Paris, à Genève, et peut-être chez vous. Cependant elles sont bien aisées à faire. M. Thillaye à Paris, M. de La Rive à Genève les ont répétées avec tout le succès possible. Je les ai faites vingt fois en présence d'un grand nombre de personnes, parmi lesquelles MM. de Humboldt, de Bournon, Fourrier, Arago, Fresnel, Dulong, etc. Dernièrement j'en ai montré une partie à M. le docteur Ure.
Je reste convaincu que, partout où on les répétera avec un peu de suite, on ne pourra se refuser à admettre les conséquences que j'en ai tirées.
Il s'en faut bien qu'on ait besoin pour cela d'appareils dispendieux. M. Thillaye a réussi avec une pile de six couples de 4 pouces sur 6 de grandeur et avec de simples conducteurs de fils de laiton munis de pointes d'acier pour qu'ils puissent se mouvoir librement en tournant dans de petites coupes pleines de mercure qu'on peut faire de la substance qu'on veut.
J'ai l'honneur d'être avec la plus haute considération, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur.

A. AMPÈRE



(1) Lettre communiquée par M. Janet. Sept pages 20 x 25,5 et adresse sur la huitième.

Correspondance du Grand Ampère, tome II, p. 570-571-572
  Source de l'édition électronique de la lettre :
DE LAUNAY (Louis). Correspondance du Grand Ampère. tome II. Paris : Gauthier-Villars, 1936. p. 570-571-572


  Autre source de la lettre : original manuscrit
Collection particulière [note de Louis DE LAUNAY]
(Sept pages 20 x 25,5 et adresse sur la huitième. [note de Louis DE LAUNAY])
 Dans la Correspondance du Grand Ampère, Louis DE LAUNAY prĂ©cise, au sujet de cette lettre, que le manuscrit lui en a Ă©tĂ© communiquĂ© par M. Janet.

Voir le fac-similĂ© :   
Lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr606.html

© 2005 CRHST/CNRS, conditions d'utilisation. Directeur de publication : Christine Blondel. Responsable des développements informatiques : Stéphane Pouyllau ; hébergement Huma-Num-CNRS