@. Ampère et l'histoire de l'électricité 

[Accueil] [Plan du site]

Une nouvelle plateforme est en cours de construction, avec de nouveaux documents et de nouvelles fonctionnalités, et dans laquelle les dysfonctionnements de la plateforme actuelle seront corrigés.

@.ampère

Correspondance d'Ampère, Lettre L342

Accueil de la correspondance | Retour aux résultats
lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr342.html

Index des noms de personnes

Ampère, André-Marie      à      Bredin, Claude-Julien (1)


[1808 ou 1809]

... Examinez bien, je vous en conjure, mon cher Bonjour (car c'est à vous à présent que je viens d'écrire tout cela, et non à Bredin qui secoue la métaphysique comme la poussière de ses pieds), examinez ce tableau, en le comparant, pour le bien comprendre, à ce que je vous ai laissé sur ce sujet ! Puis dites-moi oui ou non, avec vos motifs, si vous avez le temps ; mais toujours oui ou non, soit sur le nouveau phénomène introduit dans le tableau, soit sur les deux changements de dénomination du jugement et de la contuition.
Tâchez d'engager Bredin à en conférer avec vous, décidez à vous deux ; mais que Bonjour me fasse part le plus tôt qu'il lui sera possible de la décision de ce tribunal ! Pour l'y engager, si ce n'est assez du plaisir qu'il fera à un pauvre malheureux qui n'a plus de plaisir dans le monde que celui de recevoir des lettres de Lyon, on lui dira que la décomposition de la potasse et de la soude, oxydes de deux nouveaux corps combustibles métalliques, découverts par M. Davy à Londres, est attaquée par quelques mauvaises raisons fondées, suivant moi, sur des mésentendus, quoique les expériences aient complètement réussi à Paris. J'ai vu débrûler et rebrûler ces substances métalliques ; elles brûlent avec des étincelles rayonnantes semblables à celles du zinc brûlant, ce qui me paraît prouver complètement la fausseté de l'hypothèse qu'on oppose à la découverte de Davy, en disant que la potasse, corps simple, se combine avec l'hydrogène, et que c'est cette combinaison qui offre le brillant métallique qu'on prend pour un métal. Cette hypothèse, qui semble un réchauffé de celle de Kirwan, combattue dans le temps par Lavoisier et Berthollet, savoir que l'hydrogène était le phlogistique et entrait comme élément dans tous les métaux, n'a pas laissé que d'être accueillie comme probable par la plupart des chimistes, même par Thénard.
Adieu, mon cher ami, je vous embrasse de toute mon âme.

Je reviens à toi, cher Bredin, pour te dire combien ta dernière lettre, écrite du fond de ton coeur, m'a profondément touché. Si j'y avais répondu sur-le-champ, l'expression des mêmes sentiments eût rempli la mienne. Mais je ne travaille tout le jour qu'à écarter ces idées ; je me plonge sans regarder devant moi dans l'abîme extérieur. Que ne puis-je, comme toi, descendre dans celui de mon propre être, tous deux sans fond, tous deux également inexplicables. O altitudo ! Il est certain que je ne conçois pas comment les coups que Dieu fait tomber sur moi (peut-être en Dieu miséricordieux, peut-être en Dieu vengeur) ne brisent point ce rocher ! Il est toujours là qui m'oppresse. Je n'étais pas né pour ce vide d'amour. Mon ami, pense donc sans cesse à moi ; que n'ai-je de tes lettres tous les jours ! Combien je serais moins méchant et moins misérable ! Il est 2 heures après minuit, il faut te quitter.
Adieu, tu sais si je t'embrasse tendrement.



(1) D'après Mme Cheuvreux, p. 82. Il s'agit du tableau autographié, si souvent repris, dont
Ampère parle encore à Bredin dans la Lettre 0393. Le potassium a été découvert en 1807. Le
mémoire de Davy a été lu à l'Institut en février et août 1808. Les expériences furent
répétées par Gay-Lussac et Thenard. Ampère, dans une note autographe, dit qu'il lut alors
à l'Institut un mémoire sur la question. La correspondance ultérieure d'Ampère avec Davy
qu'on trouvera plus loin en 1810-1812 (0368, 0422) n'est plus relative au potassium mais au
fluor.
Cependant, il n'est pas impossible que cette lettre, dont nous n'avons pas eu communication,
soit de 1811 comme l'a cru Mme Cheuvreux. L'expression vide d'amour se retrouve dans une lettre
du 22 septembre 1811.



Correspondance du Grand Ampère, tome I, p. 343-344
  Source de l'édition électronique de la lettre :
DE LAUNAY (Louis). Correspondance du Grand Ampère. tome I. Paris : Gauthier-Villars, 1936. p. 343-344


  Autre source de la lettre : original manuscrit,
inconnu


Voir le fac-similé :
Lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr342.html

© 2005 CRHST/CNRS, conditions d'utilisation. Directeur de publication : Christine Blondel. Responsable des développements informatiques : Stéphane Pouyllau ; hébergement Huma-Num-CNRS