@. Ampère et l'histoire de l'électricité 

[Accueil] [Plan du site]

Une nouvelle plateforme est en cours de construction, avec de nouveaux documents et de nouvelles fonctionnalités, et dans laquelle les dysfonctionnements de la plateforme actuelle seront corrigés.

@.ampère

Correspondance d'Ampère, Lettre L333

Accueil de la correspondance | Retour aux résultats
lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr333.html

Index des noms de personnes

Ampère, André-Marie      à      Bredin, Claude-Julien (1)


[Août 1807]

Mon ami, quelle pensée triste est cachée sous ces mots : « J'aurais peut-être autant besoin que vous de consolations. » A quoi cela se rapporte-t-il ? Est-ce à votre pauvre enfant dont vous me parlez quelques lignes plus haut ? Est-il donc malade à ce point ? Ne donnez plus à mon imagination le tourment de deviner vos peines inconnues. J'ai beau dire dans ma métaphysique qu'il y a des sentiments désintéressés ; suis-je donc désintéressé en vous aimant, en prenant part à tout ce qui vous touche ? Est-ce que Bredin est un autre que moi ? Vous avez raison ; je ne suis pas résigné, mais épuisé. Par moments, mon intelligence me semble réduite à celle d'un animal. Une bêtise dite devant moi me fera rire comme un enfant, Tout m'est égal : que ma vie s'écoule ou se consume ici ou là, mes efforts sont vains pour prier. Si notre ami Roux connaissait ma peine, il ne m'écrirait pas sur ce ton. A sa lettre, je ne pourrais répondre que par ces mots : tranquille et content. Isolé comme je l'ai toujours été à Paris, comment savoir ce qu'il me demande au sujet de Mme Scio ? (2) C'est vraiment barbare de me donner de pareilles commissions. Ce n'est pas sa faute, il ignore tout ce qui se passe. Qu'il l'apprenne, je vous en prie ; sinon je n'aurais pas la force de le revoir. Et puis Mme Maléchard me prie de lui dire si l'étude du grec est digne d'occuper longtemps un jeune homme ; je pense que oui. J'ai essayé de répondre moi-même, mais j'ai déchiré ma feuille commencée ; je ne saurais parler ni écrire sans la plus affreuse contrainte à ceux qui peuvent me croire heureux.



(1) D'après Mme Cheuvreux, p.54.
(2) Angélique Legrand, dame Scio, cantatrice, née en 1770, morte en 1807 ; elle avait
épousé Scio, violoniste et compositeur qui mourut en 1796. Elle se remaria avec un nommé
Messié ; mais, ayant divorcé en 1806, elle reprit le nom de Scio


Correspondance du Grand Ampère, tome I, p. 326-327
  Source de l'édition électronique de la lettre :
DE LAUNAY (Louis). Correspondance du Grand Ampère. tome I. Paris : Gauthier-Villars, 1936. p. 326-327


  Autre source de la lettre : original manuscrit,
inconnu


Voir le fac-similé :
Lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr333.html

© 2005 CRHST/CNRS, conditions d'utilisation. Directeur de publication : Christine Blondel. Responsable des développements informatiques : Stéphane Pouyllau ; hébergement Huma-Num-CNRS