@. Ampère et l'histoire de l'électricité 

[Accueil] [Plan du site]

Une nouvelle plateforme est en cours de construction, avec de nouveaux documents et de nouvelles fonctionnalités, et dans laquelle les dysfonctionnements de la plateforme actuelle seront corrigés.

@.ampère

Correspondance d'Ampère, Lettre L14

Accueil de la correspondance | Retour aux résultats
lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr14.html

Index des noms de personnes

Ampère, André-Marie      à      Brongniart, Alexandre (1)

A M. Brongniart, directeur de la Manufacture impériale de Sèvres, professeur à la Faculté de Paris, rue Saint-Dominique, près la rue de Bellechasse, à Paris
s.d

Mon cher ami, à l'instant de mon départ pour ma tournée, j'ai une grâce à vous demander que votre amitié pour moi ne me refusera pas ; il s'agit de causer un quart d'heure avec mon beau-frère M. Carron, courtier de commerce, dont je vous ai parlé et qui voudrait vous communiquer quelques observations sur une chose absolument différente de celle dont il a été question dans notre dernière entrevue (2). Vous savez que personne ne m'inspire un plus vif intérêt et qu'en lui faisant plaisir, c'est moi-même que vous obligez. Aussi ai-je d'avance une bien vraie reconnaissance de la complaisance que vous aurez de causer avec lui de ce dont il désire vous entretenir. Il vous l'expliquera lui-même, car ce serait un détail trop long pour vous l'écrire dans un moment où je suis extrêmement pressé. Vous verrez qu'il s'agit d'une chose toute simple où il n'est question ni de faveur, ni de crédit à employer. Je connais trop votre amitié pour moi pour craindre que vous me refusiez ce plaisir. Je vous en fais d'avance mes remerciements en attendant que je puisse vous les renouveler à mon retour. Je vous embrasse de tout mon cœur et vous prie de présenter l'hommage de mon profond respect à M. et à Mme de Monbret ainsi qu'à Mme Brongniart.
Votre ami et collègue.
A. AMPÈRE
Inspecteur général.



(1) Coll. Bodin. Deux pages 19,5 x 25, adresse sur la quatrième.
(2) Carron devient courtier de change (de commerce) en janvier 1805 (Lettre 0266) et le reste
jusqu'en 1817, moment où il s'installe dans sa nouvelle maison avec jardin. Brongniart a été
directeur de Sèvres de 1800 à sa mort (1847). Il a professé à la Faculté en suppléance
d'Hauy de 1806 à 1822. La maison de la rue Saint-Dominique a été achetée en 1802. La lettre
est antérieure à sa nomination à l'Institut et se place donc entre 1805 et 1815.


Correspondance du Grand Ampère, tome III, p. 875-876
  Source de l'édition électronique de la lettre :
DE LAUNAY (Louis). Correspondance du Grand Ampère. tome III. Paris : Gauthier-Villars, 1943. p. 875-876


  Autre source de la lettre : original manuscrit
Collection Noël Bodin [note de Louis DE LAUNAY]
(Deux pages 19,5 x 25, adresse sur la quatrième [note de Louis DE LAUNAY])


Voir le fac-similé :
Lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr14.html

© 2005 CRHST/CNRS, conditions d'utilisation. Directeur de publication : Christine Blondel. Responsable des développements informatiques : Stéphane Pouyllau ; hébergement Huma-Num-CNRS