@. Ampère et l'histoire de l'électricité 

[Accueil] [Plan du site]

Une nouvelle plateforme est en cours de construction, avec de nouveaux documents et de nouvelles fonctionnalités, et dans laquelle les dysfonctionnements de la plateforme actuelle seront corrigés.

@.ampère

Correspondance d'Ampère, Lettre L838

Accueil de la correspondance | Retour aux résultats
lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr838.html

Index des noms de personnes

Ampère, André-Marie      à      Jussieu, Antoine-Laurent de


Bourg, 12 germinal an 11 [3 avril 1803]

C’est à vous que je dois le choix que M Delambre et Villars ont bien voulu faire de moi pour la troisième des quatre places de professeurs de mathématiques qu’il doit y avoir au Lycée de Lyon. Je vous renouvelle mes remerciements de la lettre que vous avez eu dans le temps la bonté de leur écrire en ma faveur. Cette place me sera d’autant plus agréable qu’elle me rappellera sans cesse votre amitié et votre bienveillance pour moi. Je la préfère à la seconde qui est destinée à M. Mollet et quant à la première, je sens qu’elle appartient de droit à Mr Roux. Je n’ai donc plus rien à désirer que la confirmation par le gouvernement du choix que les inspecteurs généraux ont fait de moi. Peut-être qu’au moment où j’écris, vous êtes intéressé à me la faire obtenir. Que je l’obtienne ou non, ma reconnaissance envers vous, monsieur, n’en sera pas moins vive. J’ai différé quelque temps à vous faire part des espérances flatteuses que m’avaient données MM. Delambre et Villars parce que j’attendais le départ pour Paris d’un de mes élèves, très distingué par ses talents et le succès avec lequel il a suivi mon cours à l’Ecole centrale de l'Ain. Ce jeune homme m’avait demandé comme une faveur de vous remettre lui-même cette lettre avec un exemplaire corrigé de mon mémoire sur la théorie du jeu. Vous avez su, dans le temps, que M. de Laplace avait eu la bonté de m’y faire remarquer une faute que j’ai corrigée par le moyen d’un carton dont l’impression vient d’être achevée.
Il serait inutile, Monsieur, de vous offrir l’hommage de l’admiration due à votre génie et de la reconnaissance que m’a inspirée tout ce que vous avez fait pour moi. J’espère que vous ne douterez jamais de la profonde estime et de l’entier dévouement dont le sentiment dans mon cœur durera pour vous tout autant que ma vie,

A. Ampère



Lettre inédite
  Source de l'édition électronique de la lettre : original manuscrit
Paris, Archives de l'Académie des sciences, fonds Ampère, chemise 1, f 26-27 A


© 2005 CRHST/CNRS, conditions d'utilisation. Directeur de publication : Christine Blondel. Responsable des développements informatiques : Stéphane Pouyllau ; hébergement Huma-Num-CNRS