@. Ampère et l'histoire de l'électricité 

[Accueil] [Plan du site]

Une nouvelle plateforme est en cours de construction, avec de nouveaux documents et de nouvelles fonctionnalités, et dans laquelle les dysfonctionnements de la plateforme actuelle seront corrigés.

@.ampère

Correspondance d'Ampère, Lettre L1123

Accueil de la correspondance | Retour aux résultats
lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr1123.html

Index des noms de personnes

Ampère, André-Marie      à      Carron-Ampère, Julie (1ère femme d'Ampère)


s.d.

[peu de temps après leur rencontre]

Pardonnerez-vous la liberté que je prends de vous écrire un sentiment qui m’y force ? Vous offenserez-vous des vœux d’un amour si pur et si soumis ? Ah ! si une passion véritable peut servir d’excuse à une pareille demande, personne n’a jamais mieux que moi mérité son pardon !
Vous ne pouvez-vous faire une idée de toutes les agitations où je me suis livré depuis le jour qui a achevé de décider de mon sort, en mettant le comble à l’amour que vous m’inspiriez, le jour où pour la première fois j’osai vous parler librement et où je goûtai le plaisir inexprimable de vous voir mêler à des raisonnements et à des conseils désespérants une sorte d’intérêt et de bienveillance pour moi qui me consolait de tout le reste et n’était peut-être hélas ! que le langage de la politesse.
Je résolus d’abord d’attendre du hasard une autre occasion de vous parler en particulier, que je n’ai jamais pu rencontrer ensuite d’ouvrir mon cœur à Madame votre mère, ce que j’exécutai le dernier jour de septembre, quand je la trouvai seule dans la salle à manger ; je n’en obtins que des réponses vagues qui ne détruisirent pourtant pas des espérances que la manière dont elle a paru me recevoir depuis a paru confirmer.
Dans la joie que j’en ai conçue, j’ai cru pouvoir me flatter qu’elle ne s’opposait pas à mes désirs, si vous les voyiez sans colère et sans répugnance. C’est donc à vous, mademoiselle, à décider de mon sort, et puisque je ne puis vous parler, il ne reste plus qu’un moyen de sortir de l’affreuse incertitude où je languis, en vous faisant dans cette lettre un tableau fidèle de toutes mes pensées et de tous mes projets.
Avant d’avoir eu le bonheur de vous connaître, Maman, qui a un goût particulier pour la campagne, m’avait déterminé à me contenter du peu de fortune que je possède, et à ne jamais abandonner les champs où j’ai passé mon enfance. Pour m’y attacher davantage, elle m’avait vu marier [inachevé]



  Source de l'édition électronique de la lettre : brouillon manuscrit
Paris, Archives de l'Académie des sciences, chemise 298, f.143


© 2005 CRHST/CNRS, conditions d'utilisation. Directeur de publication : Christine Blondel. Responsable des développements informatiques : Stéphane Pouyllau ; hébergement Huma-Num-CNRS