@. Ampère et l'histoire de l'électricité 

[Accueil] [Plan du site]

Une nouvelle plateforme est en cours de construction, avec de nouveaux documents et de nouvelles fonctionnalités, et dans laquelle les dysfonctionnements de la plateforme actuelle seront corrigés.

@.ampère

Correspondance d'Ampère, Lettre L1

Accueil de la correspondance | Retour aux résultats
lien de référence : http://www.ampere.cnrs.fr/amp-corr1.html

Index des noms de personnes

Ampère, Jeanne-Antoinette (mère d'Ampère)      à      Ampère, André-Marie


s.d.

Tu m'as affligé, mon pauvre Ampère, de te voir dans l'état où tu étais dimanche. Tâche donc, mon bon ami, de porter ta croix avec Jésus ; car il visite ceux qu'il aime. Juge de mon désespoir si je venais à te perdre ! Ce pauvre enfant, qu'est-ce qu'il deviendrait alors ? Je vois tous les jours de plus en plus combien il a besoin de toi. Souviens-toi qu'elle t'a recommandé son fils, ta mère, ta soeur et la tante. Sais-tu ses dernières volontés ? Non. Le chagrin est mortel aux hommes. Tu fais peur, maigre, pâle. Sais-tu où cela peut te conduire ? À la langueur. Quand je réfléchis à tous les malheurs et les afflictions qui tombèrent sur moi, je me désole. Fais-toi donc une raison ! Pense que rien ne peut te remplacer, que tu as une tâche à remplir. La providence t'a laissé un fils pour ta consolation et, en même temps, tu es obligé de te ménager pour l'élever à la crainte de Dieu, le suivre dans le monde pour l'empêcher de donner dans tous les vices qui sont si communs. Tu connais mieux que personne la jeunesse. Voudrais-tu que ton fils leur ressemblât et qui plus que lui aura besoin d'un Mentor tous les jours ? Je vois, dans ce petit être, combien ce serait malheureux qu'il fût livré dans les mains étrangères. Je suis sûre que ce serait un bien mauvais sujet. Tu me diras : « Que peut-on juger d'un enfant à son âge ? » et moi je te dis qu'il a besoin de toi, que personne ne peut te remplacer et que tu es obligé de te conserver pour lui et pour tous ceux qui l'entourent... Adieu, mon fils, pense souvent à ta tendre mère qui a toujours désiré de te voir heureux et qui n'a jamais pu avoir ce bonheur. Si tu peux m'envoyer ce livre de principes que tu as pour ton petit, je crois qu'il apprendrait plus tôt. Il me charge de dire à son papa qu'il t'aime bien et que tu viennes le voir.



Correspondance du Grand Ampère, tome I, p. 270
  Source de l'édition électronique de la lettre :
DE LAUNAY, Louis. Correspondance du Grand Ampère. tome I. Paris : Gauthier-Villars, 1936. p. 270


  Autre source de la lettre : original manuscrit
Paris, Archives de l'Académie des Sciences, fonds Ampère, carton XXIV, chemise 332
(Deux pages 14,3 X 20,3)


© 2005 CRHST/CNRS, conditions d'utilisation. Directeur de publication : Christine Blondel. Responsable des développements informatiques : Stéphane Pouyllau ; hébergement Huma-Num-CNRS